Le mot du Préventionniste

Le mot du Préventionniste

La prévention incendie n’est pas qu’une affaire de formation, un travail comme un autre, une activité professionnelle de prestige; puisqu’elle recoupe un ensemble de connaissances dans des domaines aussi diversifiés que spécialisés.
L’électricité, le chauffage, la ventilation, la construction, les systèmes d’alarmes, la chimie du feu, l’hydraulique, la plomberie, le code du bâtiment, les extincteurs portatifs et les installations fixes, la pédagogie, et combien d’autres encore.

Le leith motive du préventionniste, c’est avant tout, la volonté de vouloir sauver des vies !

Dans notre entourage, nous avons tous perdu, un proche lors d’un accident d’automobile, d’un sinistre malencontreux, ou d’un incident. Nous avons tous eu à répondre à une voix intérieure, nous demandant si de telles situations n’auraient pas pu être évitées ou prévues?

La réponse du préventionniste se veut de venir en aide à ses concitoyens, pour prévoir au meilleur de ses connaissances tous ce qui peut survenir et nuire, ou mettre en péril la vie humaine, et d’enseigner ou de proposer des correctifs pertinents pour assurer la sécurité du public au sein d’une ville, d’un centre hospitalier, d’un aéroport ou d’une grande industrie .Par définition, la mission du préventionniste à pour but de mettre son talent, son expertise, son enseignement au service de la collectivité .

À ce titre, je me souviens, de cette expérience où mon père aussi préventionniste aux confins du Nouveau Québec; soit le Nunavut de maintenant .
Sa mission à l’époque devait prévoir l’acquisition d’un véhicule incendie, pour le compte du village de Fort-Chimo, dans le cadre d’un programme gouvernemental d’entraide aux municipalités. De fait la (D.G.P.I.), ou la direction générale de la prévention incendie subventionnait l’acquisition d’appareils de sécurité incendie à l’échelle provinciale; de la ville de Québec jusqu’à Deception bay !
Quel décalage, avec un mercure environnant les moins soixante, un réseau de routes composé de sentiers de sable et de grandes distances à couvrir sur la glace ou la neige profonde.Le choix d’un véhicule incendie ne fût pas chose aisée à Kuujuack! Mais l’idée du chef du service d’incendie M. Elija Chinchamouch féru de motoneige proposa de sélectionné un véhicule à traction sur chenille, équipé d’un chasse neige, aussi capable de pousser les décombres. Après plus de deux semaines de concertations, le choix du camion de pompier c’était porté sur un char d’assaut soit un véhicule de reconnaissance de type (TTB), transport de troupe avec pelle de dégagement sur chenilles spécialement armé d’une pompe incendie et de boyaux adéquats tout à fait habilité à intervenir pour le combat initial, en zone isolée !

Ainsi donc, au nouveau Québec, les populations Inuits pouvaient disposer alors du premier char d’assaut conçu pour la guerre du feu !

Aussi trente ans par après, pour ma part j’ai eu à répondre à une commande des plus inusitée alors que je vivais mon premier mandat en milieu hospitalier au C.M.E. (centre mère enfant) du C.H.U.L. de l’université Laval à Ste-Foy. Je me devais donc de prévoir un véhicule de transport pour, soixante bébés en néo-natalité; soit des bébés pré-maturé encore dans leur cocon plastifié.Le dilemme! comment évacuer autant de poupons en moins de 15min avec un minimum de ressources humaines, tout en maximisant le nombre de bébés évacués ? Obnubilé pendant quelques soirées; la question restait pleine et entière.

Comment peut-on transporter une soixantaine de poupons et leur cocons en toute sécurité, en situation d’urgence, en ayant pour seule issue que des escaliers.
Faute d’ascenseurs lors d’un incendie ou dégât de fumée, la solution n’en était que plus complexe ? Je fût littéralement subjugué par la nature du défi et par l’importance de la mission humaine. Ces petits êtres si vulnérables méritant tous les égards dû a leur état.
Certains d’entre eux ne pesant que quelques grammes!
Lors de ma première visite j’assistais à une scène profondément marquante alors qu’un père donnait le biberon a son poupon. Le bébé était à peine lové dans le creux de sa main, à peine plus grand que la taille d’un fœtus. À ce moment, je demeurais complètement stupéfait par l’extraordinaire beauté de la vie !
Je n’en fût que plus motivé à réaliser mon mandat, et ce n’est que quelques jours plus tard que je créais le premier autobus a fœtus ! Tous les passagers y prenant place, étant encore en incubateur, et faisant d’eux, les plus jeunes voyageurs du monde .

Le plus souvent les missions du préventionniste en incendie n’ont d’autres égal que son imagination allié à une solide formation; mais en tout état de cause, quelque soit son sujet de préoccupation; que ce soit l’application des lois et règles en vigueur en matière de prévention incendie ou une inspection de routine.
Tout ce qu’il entreprend ne vise que la protection du public. Parce que sa seule conviction c’est celle de vouloir sauver des vies, sa motivation autant que faire se peut après son passage, c’est de vous évitez d’avoir à composer le 911 !

Claude C. Lachapelle prév

nucomm.gif

 

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

 

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

testankana |
novaterra |
petipiou1806 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | TOUR ANTOINE et CLEOPATRE
| dearlove
| Le Bricabrac Schizophrénique